A la Lueur du Lampadaire !

Quelle vie ! Dans les mots une histoire 129

road to no where.jpg

Quelle vie !

 

Voilà je déménage aujourd'hui. Je quitte le find fond de campagne où j'avais mes tranquilles pénates au bord d'un mignon petit lac. Oui, c'est ça, trop tranquille, en mode attente : à part les vaches et les champs, quelques tracteurs au travail et des kilomètres de routes plus ou moins boueuses, il n'y a que peu d'animations. Enfin, en dehors des festivals locaux, bien sûr, là où tout le monde rural se donne rendez-vous sur la place du village à la clarté des lampions pour des pirouettes dans un bal interminable, de dégustations de mets rustiques et des liqueurs distillées dans des granges solitaires ou d'examinations de bétails sous un éclairage si fort qu'un aveugle ne saurait rater un seul défaut.

 

J'avais fait un BTSA en innovations techniques agricoles ; j'étais venu les appliquer dans ce coin du pays, et puis j'y suis resté, par paresse, par habitude, par négligence, quand l'envie de courir m'a quitté le corps, 2 ans, 6 ans, 10 ans. Je me suis fais des voisins devenus des amis, j'ai diné chez eux à la conviviale la nuit et déjeuner sur le pouce sur les parcelles en jachère le jour, j'ai cocoonné jusqu'à l'aube devant un feu de bois un bon livre à la main, un gros matou sur les genoux, un chien fidèle à mes pieds. Il ne manque plus que la pipe en écume et l'écusson sur le revers de la robe de chambre. Ça viendra bientôt si je reste là. Le seul ennui dans cette scène était que je ne suis pas le fils héritier d'un châtelain rural.

Et me revoilà dans la capitale. Elle m'avait tant manqué. De nouveau seul dans la ville de mes débuts, jungle trépidante aux milles lampadaires. Une autre vision de la vie, plus rapide, plus occupée, plus infinie. Des rues qu'il faut parcourir en bus, des repas qu'il faut manger debout, des voisins qu'il faut ignorer faute de temps pour s'en faire des amis sauf s'il travaillent dans le même bureau. Cette vie-là n'est pas plus mauvaise que l'autre ; seules leurs lumières changent.

 

 

Des mots une histoire 129 avec les mots suivants : lumièreéclairageclartélampadaireattenterendez-vousquandbientôt – demain – journuitaubedébut et l'énoncé suivant : soit vous prenez tous les mots, soit vous n’en sélectionnez que cinq et vous ajoutez la consigne suivante : le lieu de l’action doit être au bord d’un lac.



16/04/2014
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres