A la Lueur du Lampadaire !

Plumes 23 et Exercice 4 : Ecrire dans la fièvre du film

amelie.jpg

 

C'est-à-dire continuer depuis la conclusion ou d'un extrait un film que l'on vient de voir, tout en gardant le ton de l'histoire - mais s'en décaler n'en est pas exclu non plus.

 

Titre du film : Amélie Poulain.

A partir de la scène : la scène de photomaton où a dormi Amélie ; et référence aux autres scènes de photomaton.

 

Je ne sais pas où sont passés les 3 autres exercices d'écriture, ces idées littéraires subies via le téléphone depuis les fins fonds de cambrousse normande ; mais bon, si ça pimente un peu la vie...

Associons les plumes 23 avec son thème du là-bas et ses mots en A, aaa, ahhh ! Avec beaucoup de musicalité exotique ! Là-bas : Inconnu, nostalgie, rivages, différence, dépaysement, horizon, recommencer, mutation, ailleurs, lointain, voyage, insouciance, oublier, découverte, chimérique, aventure, soleil, distance, ici, asphalte, abandonner, améthyste.

 

Sans titre – qui veut bien m’aider à titrer ce texte ?

 

"Mais qu'a-t-elle, cette fille, à me fixer ainsi ? A-t-elle besoin d'aide ?

 

D'abord gêné par son regard, je lui fais mes yeux interrogateurs : « Oui, mademoiselle, puis-je faire quelque chose pour vous ? » que je ne veux pas du tout en vrai. Or, faut bien que je m'en débarrasse et l’envoie là où elle vit, non ?

 

Elle ne me répond pas, bien sûr, c’aurait été tellement simple. Non, elle me sourit, et pas d'un sourire de pacotille ! Non, c'est comme si elle avait été découverte par une créature chimérique qui, couvée par le soleil, porterait des baskets rubis, d’habits topaze et améthyste. Pauvre de moi !

 

Je ne sais pas quoi faire d’autre, alors je me penche un peu sur le côté et de l’index indique le photomaton derrière elle. D’ailleurs, n’a-t-elle pas surgi de cet appareil ? Qu’est-ce qu’elle y faisait donc ? Non, non, je ne veux pas le savoir ! Avec un nain de jardin, en plus… Part-elle en voyage ? Mais elle n’a pas de bagage ! Alors que fait-elle toute la nuit dans la gare ? Ce n’est absolument pas un endroit fréquenté par des messieurs ou des délinquants. Oh, elle a du oublier où elle habite, une petite malade de l’hôpital !

 

Stoooop ! Elle parle, enfin, la petite mignonne ! « Je m’appelle Amélie Poulain. »

 

Toutes les pensées que j’ai eues s’effondrent sur l’asphalte. Elle est en parfaite santé, la petite. Bon, je ne suis pas sûr pourquoi elle me dit son nom dont elle se souvient bien : pour me rassurer ? Elle a du rater son train hier au soir et se réfugier dans le photomaton – pourquoi chercher de midi à quatorze heures des raisons à un dépaysement qui te restera toujours si lointain ? Reviens sur terre, mon bonhomme, tu as une réparation à finir ici ! L’inconnu pour toi est le nœud qui engorge les rouages des photomatons de toute la Gare de l’Est ! Et que tu dois recommencer à chaque fois jusqu’à ce que la nostalgie te mange et que tu abandonnes. Tu te recroquevilleras alors et seras en pleine mutation en ce nain de jardin que la mignonne tient dans son giron.

 

Parfois je sens comme un court-circuit dans le cerveau, roulant de câble en câble. Mais il y a toujours des allumés qui fréquentent les photomatons. Des jeunes qui y font le guignol pendant que le flash les plaque, eux et leur insouciance, et leurs aventures, sur le papier brillant. Sauf qu’eux au moins les gardent tandis que moi je les jette, en les froissant, juste un peu, dans les bons jours, en les déchirant, en mille et un morceaux, dans les jours gris.

 

Ou le contraire – me soufflent cette figure espiègle de mignonne et l’affreux museau faunesque. Lances donc tes bouts de papier tels des confettis – ça évitera aussi le fétichisme en les collant sur un album avec des bouts de scotch maladroits – sur des rivages où tu auras envie de vivre un instant : demain, tu pourras aller te poser pas trop loin mais, là-bas, ce sera un lieu de vacances. 

 

Parce que finalement, être réparateur de photomaton, c’est garder l’horizon de son cœur à portée de main pour mieux affronter ou s’envoler face à ces nouvelles différences. A quelle distance se trouvent les plages de silex et de sable, les côtes d’or et d’albâtre ? Attendez-moi, j’arrive !"

 

c3a9critoire-vanishingintoclouds3.jpg



28/02/2014
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres