A la Lueur du Lampadaire !

Atelier d'écriture : le petit-dej - 1ère !

     Une idée d'exercice d'écriture suggérée ici : écrire au petit-déjeuner.

    Bon moi, je proteste : bah oui, quoi, on est en train de manger là ! Pfff... Mais rien à faire, faut s'y coller ! Bon, bah, v'là mon texte, M'dame L'adjugeant-chef !
     Et, franchement, j'avais pas d'inspiration...

 

 

 

   Au petit-déjeuner. (1) Le soleil est haut dans le ciel, masqué par les nuages gris et la pluie. Donc la cuisine est grise et je tremble de froid. La chair de poule. Vite de l'eau à bouillir et des oeufs à la coque!

    La table est servie. Parmi les couverts et les mets de petit-déjeuner y prennent place des stylos et des calepins. En moleskine. Chacun a pris au sérieux (2) l'invitation lancée hier à tue-tête. Sauf moi ! (3) J'ai un bout de stylo trainant au fond d'un tiroir et qui n'écrit presque plus et un bout de feuille déchirée sous cape dans un des calepins fraternels. Que j'ai plié en quatre et en quatre pour faire croire que c'est un vieux bout de papier...

    Mais je veux déjeuner, moi, pas écrire ! Surtout pas avec un ventre affamé !

    Je scrute les autres.

    Slurp. Une gorgée (de thé dans le service fleurie de rose. Très british...) Croc. Une bouchée (de tartine à la confiture de rose odorante. Très oriental...) Scritch. Une ligne (d'écrite sur leur calepin en moleskine. Très slaviche...) Top. Une pose (intello du menton sur la paume. Très franquette...) J'attaque ma tartine et mon thé à pleine dent. Miam.

    Et puis, je jette un coup d'oeil à ma feuille et demie.

    Blanche. Lignes droites. Avec un petit dessin à la main dans un coin. Zut, elle va savoir d'où je l'ai piquée, la soeur ! 

    Mais la feuille n'a pas sa place ici ! Je la scrute cette feuille. (4) Et je tombe. En-dedans elle. La feuille me mange tout cru.

    Des rues où des maisons en brique et silex s'alignent par centaine. Des gens qui portent des paniers débordant de tartines à la gelée de groseille y défilent, partant vers quelque part. En dehors de ma feuille, à coup sûr ! Hé, invitez-moi ! Une fenêtre aux volets bleus s'ouvre en coup de vent, d'où une mégère coiffée du bonnet à dentelle jauni passe la tête et s'époumonne : "Adrienne ! Qu'est-ce tu fiches, là-dehors ! Le pain brûle. Dépêches de le défourner ! Sainte-Mère de Dieu !"

    Et de visu, une odeur de brûlé chatouille les narines. Chaque gens dehors les plissent d'ailleurs. Pas à cause de l'odeur de brûlé qui somme toute est encore légère, plutôt par la prise en défaut d'Adrienne. "Franchement, vous voyez-vous une fille qui ne sait pas s'occuper d'un fourneau !" (5) Oh non... c'est un four à bois, ma cocotte. 

    "Et zut ! Les biscottes sont foutues !"

    "Hein, quoi ? Mes biscottes ?"

                                           

(1) voyez comme c'est original comme 1ère phrase...

(2) sauf moi !

(3) comme je le disais bien !

(4) c'est juste moi ou vous entendez aussi le son d'un harmonica dans le loin ?

(5) n'oubliez pas l'accent, avec un nez pincé.      



21/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres