A la Lueur du Lampadaire !

Les 11 Plumes et Jean de Racine allant ensemble au théâtre

Et hop voilà les 16 mots que ont inspiré RACINES, suivis de des trois mots en J d'Asphodèle :

carotte, arbre, cheveux, famille, ancrer, arrachement, généalogie, ancêtre, souterrain, culture, terre, île, gingembre, planter, source, esclave et jaillir, juvénile, joyau (en gras et italique dans le texte)

+ dramaturge, théâtre, agriculture, scène, Racine, tragédie (en souligné et italique dans le texte) - cf explication ci-dessous.

 

J'ai eu la bonne idée de demander conseil à ma soeur pour ce mot-ci. Si vous la voyez, un jour, assise tel un ange sur une stèle de marbre, vous croirez qu'elle est innochente, idiote, aïe, aïe, réservée, sage; mais que nenni, elle est instruite, cultivée, intellectuelle, aïe, bah quoi, je te couvre de louanges, hein, quoi, pas trop, bon, elle est donc d'une grande culture générale parce qu'elle me suggère, tenez-vous bien, dramaturge ! Oui, comme le tragédien Jean de Racine (1639-1699), rival de Pierre Corneille (1606-1684) ; vous en connaissez au moins un, n'est-ce pas ?

 

Bien sûr, Miss Aspho, y a mit son veto et on a finit avec culture, bien plus facile à ingérer dans le thème. 

Afin de respecter la volonté de ces 2 Demoiselles, je m'en vais intégrer les mots suggérés et voyez donc le résultat - j'espère qu'il est à la hauteur malgré mon manque de talent flagrant.

 

Petit rappel de théâtre racinien : La forme est celle de l'alexandrin (12 syllabes dans un vers) avec la fonte ensemble des sons mouillés (ex: lieu est compté en 1 seule syllabe et non 2 syllabes) ce qui est un choix personnel possible (les 2 écoles existent.) Le décallage des mots indique que ce groupe de mots appartient au même alexandrin. 

Bonne lecture (d'abord à votre guise puis, une fois le rythme déchiffré, à haute voix et gestes larges : c'est très amusant ! Foi de théâtreux !)

  

 theatre 1600.jpg(C) Wikipédia

 

Les 11 Plumes avec Jean de Racine allant ensemble au théâtre en 1 acte et 5 scènes. 

 

Rideau.

 

Scène 1 

Une vaste salle, à colonnades grecques et chapiteaux ioniens.

Le Lord Anglais, debout en garde fixe, près de la fenêtre à colonnades.

Jean de Racine, courbé devant la porte à double battants, un parchemin déscellé à la main.

 

Lord :

Quelle tragédie ! Le vieux médecin du Roi

Vient de trépasser ! A-t-on passé la courroie

Au criminel ?

 

Jean :

            Non, my great Lord, aucunement !

 

Lord :

Comment donc ? - Ah, tiens, n'est-ce pas là son amant ?

 

Jean :

Pardon, my Lord ? Le médecin... Un amant... Quoi ?

 

Lord :

 

Paix, l'ami. Je parlais de ce drôle de coi

Que fréquente mon ahurie de soeur. 

 

Jean : 

                                                          My Lord,

Quel arbre plantez-vous : la raison d'Etat, my Lord,

Ou l'affaire de famille ? Le médecin

N'a pas trépassé accidentellement, hein ?

 

Lord :

 

Assurément... non...

 

Jean :

                                Que suggérer alors ?

 

Lord :

                                                                  Vite,

Cachez-vous : il passe par là !

 

Jean : 

                                                Ce qu'il abrite

en intrigue je vais voir. Cherchez vous aussi !

 

Lord :

Allez donc au cabinet. Je garde mon oeil, oui,

sur ce coquin-là. Attention à la mouture

De votre mise : chaque est de grande culture.

 

Jean sort.

  

Scène 2

Le Lord prend un siège à haut dossier tapissé de velours en relief, puis fixe la place d'un regard torve.

 

Jean :

(devant l'entrée du cabinet du médecin royal

Majesté le Roi, meneur d'hommes, est en peine :

Est-ce complot du Lord, cousu en fil de laine ?

Innocent est ce noble, mangeur de gingembre !

Ministres, courtisants, prince : qui est en chambre ?

 

Jean entre dans le bureau du médecin. La pièce ronde est chamboulée. Il cherche parmi les papiers éparpillés partout, même sur le sol.

 

Oh, voilà note grandiloquante : à quels noms ?

Oh, le dramaturge du Roi : ô quel renom !

Une vraie encyclopédie à lui tout seul !

C'est carotte sur la panacée : eh bien, meule

Est défaite ! Allons bon, qu'arrive-t-il encore ?

 

Scène 3

 

Jean accourt auprès du Lord anglais. Celui-ci est toujours assis, mais a la tête dans les mains.

  

Lord :

Ah, te voilà, Jean. Accours vite !

 

Jean :

                                                     My great Lord ?

 

Lord :

Mon idiote de soeur a perdu son ancre ! Hé !

 

Jean :

Avec un A ou un E ?

 

Lord :

                                     Les deux !

 

Jean :

(à part.)

                                                      Quel cancre ! Hé !

(Au Lord.)

My Lord, pensez à l'Etat ! C'est le théatreux

Qui a empoisonné le médicamenteux !

Voyez donc cette liste de potions si longue !

Une source pourrait en jaillir !

 

Lord :

                                                   Oui, si longue !

Elle est... Pensez-vous ?

 

Jean :

                                        My Lord ! Le doc...

  

Lord :

                                                                    Il suffit !

Le vieux a succombé du coeur ! Ah, perfidie !

Ma jolie soeur ! C'est un arrachement, certes,

Que Sa Majesté ait à subir ces pertes.

Que diable ! Ma soeur dans les mains du théâtreux...

(soudain, se tournant vers Jean :)

Jean ? théâtreux ? Avez-vous donc dit théâtreux ?

 

Jean :

Oui, my Lord !

 

Lord :

                        Ce juvénile, blond de cheveux ?

Ayant pris en otage ma soeur aux clairs voeux ?

 

Jean :

(à part.)

Ainsi c'est donc fait !

 

Lord : 

                                     Bon.

 

Jean : 

(Haut et clair.)

                                             Bien !

 

Lord :

                                                      Comment donc, bien ? Jean,

Etais-tu au fait ?

 

Jean :

                          My Lord, ils s'aiment si gen-...

 

Lord :

C'est refus ! Mon ancêtre répulse les gens

De scène. En outre, il est mort, m'ont dit les agents.

 

Jean :

Qui donc ? L'aïeul ?

 

Lord : 

                               Non pas ! Cet esclave du jeu !

 

Jean : 

De quoi donc ? Ne laissez point mariner le jeu-...

 

Lord :

C'est secret souterrain : poisonnade censée

Le guérir ! Ah, l'agriculture progressée ! 

Notre Terre n'est plus sacrée aux avides,

Aux fous, au Roi ! Au nom de l'humain ? Cupides !

 

Jean :

Sont-ils morts en face à face. My Lord ! Etrange...

 

Lord:

Ah, Jean, Jean ! Qu'entends-tu ? Va à la garde et range

Ces soldats aux funérailles de ces hommes

Du Roi. Généalogie comprise, nommes

Les clans ; n'écarte personne de cette voie : 

Chacun doit être mis sous le joug de la loi !

 

Jean salue bien bas.

 

Jean :

Comme il vous plaira, my Lord. 

 

Lord :

                                                 Que nenni, l'ami !

Chacun est égal dans la mort comme la vie ! 

Je ne peux voler ce droit !

 

Jean :

                                         Cela vous honore !

My Lord... Puis-je vous quérir la question encore ?

Comment donc ces deux grands hommes sont décédés ?

Je vous prie.

 

Lord : 

                  Jean, l'important va aux trépassés !

Allons !

 

Jean va sortir, la mine dépitée.

 

Scène 4

 

La Soeur du Lord Anglais entre, excédée.

 

La Soeur :

                 Mon Frère...

 

Lord : 

                                    Ma princesse !

 

La Soeur :

                                                             Jean.

 

Jean :

(saluant.)

                                                                          Madame. 

 

La Soeur : 

Suis-je idiote ?

 

Lord :

                     Dans l'absolue, oui ! 

 

Jean :

                                                     Non pas !

(à part)

                                                                    Dame !

 

La soeur fait une lente pirouette. 

 

La Soeur: 

Observez-moi bien...

 

Jean :

                            Oh, le beau joyau au cou !

 

La Soeur :

Oui-da ! Un présent chéri... 

 

Lord : 

                                          Passons le licou !

 

La Soeur :

Je ne le vois plus guère, mon promis... Où donc

Est-il ?

 

Lord :

           Au Père Lachaise (1) à nourrir le jonc !

 

Jean :

Jean, est-il vrai ?

 

Jean :

                         Hélas oui, Madame.

 
La Soeur :

                                                          Grand Dieu !

Qui... ? 

 

Jean :

            C'est ce qu'à mander au maître je me tue !

 

Le Lord se mit à faire les cent pas.

La Soeur, très choquée, s'assoie sur le voltaire tout proche.

Jean suit avidement le Lord des yeux.

 

Scène 5

Entrent deux agents de la maréchaussée dont un officier. 

Le Lord adresse un regard ordonnant d'attendre.

 

Lord : 

Ma Soeur. Jean.

 

La Soeur et Jean : 

(Ensemble, excédés)

                           Oui ?

 

Lord :

                                   Pauvre docteur ! S'est arrêté

De battre son coeur ! Un rendu pour un prêté !

Ton promis, ce fou ! L'a tué de ses maux !

Quant à lui, ce trop-malade simplement beau, 

La potiton prescrite a bu, vaine guérisson !

De vie à trépas, il a mis le froid vison !

 

La Soeur :

Grand Dieu ! Mon promis, mon chevalier !

 

Elle s'évanouit.

 

Jean :

(en accourant)

                                                                   Ah, Madame !

 

Lord : 

(Raide)

Ces officiers confirment mes dires. Je clame

Haut et clair que ce fut accident maleureux !

 

Officier :

(En garde-à-vous)

A vos ordres. Signez le rapport.

 

Jean :

                                                  C'est affreux ! 

 

Les agents sortent, en marche militaire.

 

Jean :

Madame !

 

Lord :

(avec un geste tourbillonant de la main.)

                Laisse donc la en pâmoison. Paix,

Jean, ma Soeur s'éveillera bien assez tôt.

 

Jean :

                                                                  Mais

Cette enquête était-elle bien simple, my Lord ?

 

Lord :

A la vue de la lettre, que tu tiens encore,

Qui recense tous les maux possibles, grand Dieu,

D'une cour entière. Que ce fut minutieux !

Le médecin éliminant son faux malade

Subie justice divine. Quelle balade !

(Se tournant vers sa Soeur)
Jean, prenons soin d'elle. Reposons-nous sur l'île.

 

Jean :

 (saluant)

My Lord.

(à part)

                Mais vous aussi avez un bon mobile...  

 

Le Lord Anglais sort, tête haute, avec la satisfaction de la mission accomplie. 

Jean le suit.

 

Rideau de fin. 

 

 Notes:

(1)  anachronisme : le cimetière Le Père LaChaise fut mit en service en 1804 ; Françoix d'Aix La Chaise séjourna sur le terrain d'origine à partir de 1675, notre temps ici est environ en 1660-1670.

 

Difficultés rencontrées :

A cause du dramaturge, mot tiré par les cheveux, la forme du théâtre s'est imposé naturellement ; mais pourquoi se couper les cheveux en quatre pour tant quand on peut faire tête rasse ? 

Comment installer le mot gingembre puis faire rimer ; et carotte, et ancre (dont j'ai pris le jeu de mot suggéré par la collecte !) : idem ! 

   

PS : Toute correspondance avec des personnes réelles et des évènements serait fortuite. 

 

 

 



30/07/2013
25 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres