A la Lueur du Lampadaire !

Plumes d'Aspho 2: Le Bastion

Les plumes d'Asphodèle ont concocté la deuxième édition avec les mots suivants:

<< roman, tunnel, secret, naissance, témoin, vie, niveau, lumière, automnal, purgatoire, bruissement, rite, tourbillonner, tranche, sous-bois, sagesse, extrait, aversion, et les trois mots en B que je vous avais promis : basculer, baiser (n.m., pas le verbe), bastion. >>

 

Mon texte est là-dessous et les autres dans le lien Les plumes à thème (regardez bien c'est souligné ^^,)

 

LE BASTION 

 

(r)Pierre Coquil depuis panoramio.com

le complex sportif 

 

 

"Maintenant, tenez-vous la main et formez le cercle de la compassion, mes frères et soeurs."

 

 

 

"Ah non, je veux pas qu'on me touche!"

 

"Voyons, c'est pour se sentir mieux, entouré de tous tes amis."

 

"Et c'est virtuel, hein..."

 

Cette conversation prenait place dans le dojo de la salle de sport municipale, bastion incontournable de la ville de roman.

 

Une douzaine d'adolescents se tenait debout, au-dessus des tatamis bleu, bras tendus entre eux, l'air grésillant du bruissement des porte-hologrammes.

Le garçon qui dirigeait ce rite fixait intensément la fille qui avait refusée le contact des mains. Les siennes étaient par ailleurs cachées au dos.

 

"Virtuel ou pas, j'ai une aversion pour..."

 

"Chochotte !" l'interrompit brutallement un gaillard trop grand pour son âge.

 

"C'est pas grave !" relança un autre, androgyne dans son ensemble Lycra (r) aux couleurs de la ville, rouge avec une brebis dans un écu 1591. "Tu es nouvelle parmi nous, Evelyne. Sois alors le témoin de notre secret. Tu viendra vers nous de ton propre gré, plus tard."

 

La fille acquiéça, se détendant enfin, malgré le rose à la joue pour avoir causé l'interruption de la cérémonie.

 

Alors le gourou hocha la tête, voulant rassurer puis rassembla ses ouailles avant de les mener au purgatoire...

 

"Chères soeurs et chers frères, demain est un grand jour, d'une extrême importance ! Nous avons prêté serment d'une fidélité et d'une confiance à vie; nous ne baisserons pas les bras avant d'atteindre notre victoire qui nous attend aussi sûrement que six fois deux font douze ! 

 

"En ce jour, en ce dojo, en secret, je clame haut et fort, et vous aussi, mes frères et soeurs : sus à l'ennemi !!!"

 

Il s'écria soudain d'une voix stridente qui s'éteignit peu après : personne ne l'avait suivi dans son exclamation.

 

 

 

"Bon, d'accord," admit-il alors, soupirant. "Hip hip hip?"

 

"Hourra !" Et puis :

 

"Hip hip hip?"

 

"Hourra !" Tous acclamèrent cette fois :

 

"On est les Warriors ! On est les Warriors!

On vous jettera tous dehors !" reprirent-ils tous en choeur, criant plus fort, bien plus fort...

 

 

 

Le lendemain, la salle de sport était en effervescence, ses gradins pleins à craquer et le sous-bois tout autour, ou ce qu'il en restait après les aménagements high-tech faits par la ville, avait de la populace impatiente agglutinée dans ses allées, gâchant la tranquillité de ce premier jour automnal.

 

Jour important, qui plus était, pour la ville: c'était les Olympiades Nouvelles Technologies. Un évènement que l'on attendrions comme la Foire... une naissance à la vie sociale, professionnelle et culturelle.

 

Les candidats étaient les adolescents licensiés de la ville et les arbitres, les adultes des clubs scolaires et sportifs. Tous arboraient un air sérieux et, oh combien, ambitieux. Les Olympiades NT représentaient un extrait de ce que serait leur futur. Et on était toujours plein - à craquer - d'espoir ce jour-là!

 

Nos jeunes faisaient partis de la fête sportive municipale, chacun dans leur domaines propres. Il y avait là Evelyne, pilote de Formule 2 électrique junior; Hache, pratiquant de boxe thaï ultra-rapide; Gaou, pratiquant de capoeira ; Régis, capitaine de football et Ehtugr, son ailier droit ; Marat et Rafa, tennismen en double mixte ; Norman, escrimeur-tireur à l'arc classique et high-tech ; Summer et Kar, duo de volleyeuses ; Phillistine, maitre d'équitation et Sally, gymnaste polyvalent : tous athlètes de haut niveautous réunis sous la bannière patriotique municipale, tous avides de basculer du côté de la lumière.

 

 

Ils étaient d'autant plus fiers que les festivités se tenaient dans le complexe sportif cher à leur coeur, là où ils avaient transpiré, torturé leurs muscles, trempé d'acier leur mental, trahi leurs âmes d'enfants. Là où ils étaient sûrs de réussir, de gagner ! Quelle sagesse les guidait donc ?

 

"Alors tout le monde est prêt ?"

 

"Oui, chef !"

 

"Encouragements pour tous, hein ! On est les plus forts, alors donnez le plus du meilleur de vous-même !"

 

"Hourra !"

 

La douzaine d'adolescents se firent un baiser sur le dos de la main qu'ils levèrent au-dessus de la tête, se hissant sur la pointe des pieds, cherchant à celui qui sera le plus haut, expulsant un "Hourra" magnifique qui sembla tourbillonner longtemps dans l'air et de s'y fixer.

 

"Ça va être une tranche difficile à découper, ces douzes-là !" soupira un individu debout à l'écart, à demi avalé par la pénombre du couloir.

 

Le groupe d'amis sortirent du tunnel menant au terrain de sport, l'oeil pétillant pour les efforts à venir appartenant au paradis sportif.

 

 

Un peu d'explication :

 

L'écu 1591 est un écu dont la forme est apparue en 1591, existe-il un mot propre mais je ne la connais pas - et ici, cette date fait travailler le mystère ^^,  Cette forme donc est la suivante : le bord supérieur jusqu'au milieu des bords latéraux est rectangulaire et le bord inférieur est en pointe. 

 

 

Le temps de l'histoire se situe dans un lointain avenir, donc de la SF. Pas sûr que l'on comprenne facilement; mes termes de sport "high-techisés"...

 J'ai eu du mal à placer des mots dont le mien, "tranche", et "purgatoire", "baiser", "aversion". Je suis parti avec l'idée d'une intrigue historique, le "bastion" m'y conduisant ; j'ai été manipulé par l'inspecteur Perlichinni et son enquête sur une secte, de sorte que je tombe dans le plagiat T_T Honte à moi ! (Ch'sais plus qui c'est; mettrais le lien dès que j'm'en souviens...)

 

Bon, j'essaye aussi de placer des marques devenus des noms communs, c'est pas gagné et pourtant il y en a beaucoup... Pour transmettre le côté "on ne peut plus faire un pas sans rencontrer de la pub ou des marques" déjà présent dans notre ère... +_+

 

Et enfin, Booooonnnne Lectuuuurrrre !!!

 

(j'ai encore quelques heures pour dire bonne année !)

(et si je le dis pas passque pas l'temps, bah je l'aurais en parenthèse ici)

("o,)  

 

 

 

 

 

 

 



28/12/2012
20 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres