A la Lueur du Lampadaire !

Serenity

                           Serenity, film suite et fin de la série Firefly

 

 

            Pour ceux qui connaissent, je dois dire que c'est une bonne série américaine, pas trop compliquée, beaucoup d'action qui est parfois absurde (1 ex.)  et de la légèreté, des plans cinglés et/ou très tactiques, des éléments fantastiques comme le super pouvoir de prévoyance de la gamine ayant servie de cobaye au gouvernement, etc, etc et etc...

  

Une précision quand même ! C'est une série SF à allure western ! Bref, comme je les aime... (Je ne vous dis pas combien de fois j'ai visionné les StarWars dans différentes langues...)

 

 

                 Et dans ce film, c'est justement cette gamine qui fait tout le mystère. La série s'en servait que de moteur à rebondissement tandis que les autres persos livraient leurs passés et personnalités au fur et à mesure de la chanson.

 

Est-ce que je résume ? Oui ?

 

En gros, la gamine est sauvée du labo par son frère. Tout ce serait bien fini si le scientifique, pour sa gloire, n'avait pas mis dans la même pièce un ponte du gouvernement, au courant de beaucoup d'opérations délicates et controversées, et une gamine avec un super pouvoir, ayant pris connaissance d'un lourd secret et se sentant hanté par lui. Alors, des soldats de section secrète poursuivent le vaisseau Firefly du capitaine sans attache. Courses-poursuites, combats inégaux, rencontre du cauchemar de la galaxie, qui finit en massacre. Bien sûr, le capitaine réussit de sauver la gamine et son vaisseau - sauf quelques-uns des membres de son équipage.

 

 

 

                  Il y a plusieurs points intéressants dans ce film.

 

D'abord, le gouvernement concède qu'il a fait une erreur malgré qu'il aie voulu cacher tout ça en premier lieu. Mais j'en suis sûr que ça ne l'empêchera pas de recommencer les mêmes conneries en croyant bien faire - et faire avec la bonne méthode...

 

Ce secret est bien glauque : tout à fait le genre de film de complot et d'action. Avec une approche réaliste : si le progrès technique avance, le vrai monde pourrait en avoir l'idée. Eh oui, le combat contre la délinquance, le crime organisé ou la violence humaine meurtrière sera toujours un poids éternel.

 

Il est, de plus, traité sans montrer la violence qu'il relate : bonne lumière, pas trop de sang qui gicle, ..., ce n'est pas un film d'horreur sans queue ni tête d'un bizarre alien radioactif ou de violence gratuite dans une obscurité qui reflète l'intérieur du salon sur l'écran de télé ! Pour ça, allez voir Prometheus... actuellement au cinoche.

 

 

 

                   Bien sûr, la série a eu une bonne influence ; les persos sont attachants et leur vie ne va pas sans rappeler la nôtre... avec plus d'exotisme et d'extravagance. (2 : ex)

 

Les acteurs également y apportent beaucoup : les filles, pour vous, ce sera le capitaine - beau ténébreux au passé douloureux qui baigne dans quelques trafics modérés - et, pourquoi pas, le docteur - trop naif, idéaliste, fraternel et qui fait trop de bourdes, le pied tendre à faire danser. Les gars, pour vous, c'est à coup sûr, la belle chasseresse qui a le contrôle de tout - même de vous - et la sensuelle dame de compagnie trop belle et chic pour être dans cette boite de conserve (mais je pense que vous pensez à autre chose...) et, aussi, la jeune et jolie mécano - qui sait d'un coup d'oeil le problème d'un moteur d'engin, qui sait combien d'entre vous voudrait d'une femme qui comprenne la mécanique de vos voitures... Ou, inversement...

 

Moi, dites-vous ? La chasseresse, ex-soldat, survivante de la guerre passée ; mais laissez tomber le perso et concentrez-vous sur l'actrice... Gina Torres. Qu'est-ce qu'elle est belle !! Si altière !! Et quelle voix !! Quelle démarche !! Majestueuse !! J'en ai les mots qui manquent... aheum... En revanche, les images... aheum...

 

Les noms ? De qui ? Les autres ? Ah, comment s'appellent les persos ? Bah, j'ai oublié. Et je ne vais pas me prendre la tête à m'en souvenir : les connaisseurs les nommeront d'emblée - ça les fera réfléchir, peut-être, et les profanes comprendront le texte - ça les incitera à voir le film, peut-être. En DVDoche.

 

 

 

               Ah, hé, au fait, l'intérêt de la série est le vaisseau : comment ce tas de ferraille rouillé et troué peut voler... et faire rêver... D'ailleurs, le capitaine finit : "Si tu aimes le vaisseau que tu pilotes, il volera alors qu'il est sur le point de se crasher..."

 

 

 

 --- (1 ex :) Un pote du capitaine fait la mule pour des trafiquants d'organe à la méthode révolutionnaire - surtout à ne pas faire, hein, car on n'a pas encore la technique, nous ! Elle consiste à greffer l'organe objet du trafic dans le corps de la mule. Or ce pote a décidé de raccrocher ; il se fait passer pour mort et expédie son soi-disant cadavre à notre capitaine. Celui-ci le rapatrie au pays du pote mais découvre la supercherie en même temps que le débarquements des trafiquants sur le vaisseau. Combat et blessés dont le pote ; et ce n'est pas le trafiquant qui lui tire dessus, hein, mais notre capitaine. Voilà l'absurdité dont je parle ; certains diront que c'est l'ironie du sort, pas d'accord, c'est trop sot... --- 

 

 --- (2ex) comme la scène où notre capitaine prévoit la bagarre dans le saloon : selon lui, un voleur y sévit... et pour cause, c'est lui.  

 

 



25/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres