A la Lueur du Lampadaire !

Bleach : Coq de boxe

Ceci est une fanfiction sur l'univers du manga Bleach de Tite Kubo, dont les personnages appartiennent à son auteur, seul le récit m'appartient. Bon, je dis ça pour être en règle vis-à-vis des lois.

 

Ça a été très fun de l'écrire, je n'aurais pas de remords même si on me demande de ne pas le diffuser, ça dépends de l'auteur et de son exigence.

 

La fanfiction a été écrite à partir de cette image tirée d'un des albums - je sais plus quel tome et c'est l'épisode #34 - et désolé pour la photo minable car il n'y avait absolument pas de projet d'écriture au moment de la prise de la photo.

 Bleach Boxe.JPG 

 

     Ils étaient cinq à relever le défi et tous de la même bande. Oh, c'est pas qu'ils se connaissaient tous entre eux mais ils se sont alliés pour passer le cap critique - toutefois , ça fait quand même un petit moment qu'elle durait, leur alliance ! Je pourrais vous les décrire, seulement ça ne conviendrait sûrement pas à leur tempérament de "gros durs."

    Que je donne au moins leurs noms. Il y a Kurosaki-kun, un roux toujours en colère, nous sommes amis d'enfance depuis la maternelle où on vivait en voisins ; Renji-san, aux cheveux rouges, et Madarame-san, complètement chauve, qui se ressemblent et à l'autre en plus colériques et psychopathes ; Sado-chan, un ami du lycée, qui est à demi mexicain, ça fait un drôle de mélange ; et enfin Ishida-san, du lycée aussi, dont je vous ai déjà dit un mot.

   Ah, mince, j'ai fait leur description ! Je vais vite vous raconter ce que j'ai vu. Au fait, c'est Orihime, mon petit nom.

 

    Ça se passait sur une place désertée depuis longtemps par les gens du quartier du pied du grand pont ; il y a là de jolies fleurs en trompette blanches qui poussent sur une sorte de lierre à feuilles en coeur : adorable ! Les cinq s'étaient regroupés là pour répondre au défi d'un gang qui avait agressé un gars sans défense. Bon, il n'était pas vraiment sans défense ; or, avec sa tête de fils à papa et ses lunettes d'élève modèle (ce qu'il était au fond mais pas que), il semblait facile à maitriser, maltraiter et voler. Eh bien, non, la preuve : il fait partie de ces cinq emmerdeurs. Ishida-san. Et il était présent avec ses potes pour sa vengeance ; son réglement de compte plutôt parce qu'il n'est pas trop agressif la plupart du temps, moins que ses quatre autres potes en tous cas. 

   Note : je suis cachée derrière un pillier du pont afin de ne pas me faire happer par le combat. Kurosaki-kun me l'avait interdit d'ailleurs de le suivre mais moi je n'en fait qu'à ma tête ! 

 

    D'ailleurs, Kurosaki-kun s'impatiente un tantinet. On peut dire qu'il est le leader (in-)contesté du groupe, même s'il existe une rivalité à ce sujet avec Renji-san et Madarame-san. Ces trois-là étaient les coqs du groupe, quoique les deux autres n'en étaient pas en reste, et puis ils les laissaient faire, et, de toute manière, personne n'écoutait personne... 

     - Oi ! Vous vous am'nez ou quoi ?

     - Wesh ! On a pas q'ça à faire ! Ho !

     - Dépêche ! J'ai envie de m'battre !

     Dans l'ordre de présentation ci-dessus. 

 

      Le gang adverse arriva avec un plan improvisé au tac au tac. Je leur dois bien ça car il ne m'avait pas prévue. Kurosaki-kun non plus. Bien qu'il devrait s'en douter. En effet, Un de leurs gars m'a remarquée et donc m'a capturée et me tient en otage.

il sent tellement l'ail que j'allais en vomir.

        Le chef du gang, Gaas, je crois, c'est un étranger, on sait qu'il vient d'Europe car il a un bérêt bleu shisengumi posé en biais sur le crâne rasé avec le drapeau bleu à étoiles d'or sur la face avant. Il nous dit :

        - J'avais l'intention de vous faire faire tous rétamer par mes gars mais j'ai là une poulette qui va rôtir pour mon déjeuner.

        - Oi, r'lache-là elle n'a rien à faire avec nous. Et, toi, ça va pas la tête, j't'avais dit d'pas v'nir ! Tête d'linotte !

        - Eh...

        - On va jouer un peu les pieds tendres ! on m'a dit que vous êtes des as de la boxe lycéenne. Alors on fait comme ça : vous vous affrontez là-bas sur le ring. Et le vainqueur final sera applati par mes gars. Et bien sûr, la poulette n'aura rien si vous faites ce que je dis !

        - Oh, c'est cruel, ça...

        - Tu peux pas faire des phrases moins biscornues : j'ai pas tout compris...

        - Tu la touches et t'es mort !

        - Et pourquoi on ira pas éclater vos tronch' maint'nant !

        Non, ne me deamndez pas qui dit quoi, ils parlent tous en même temps !

 

        A une vingtaine de pas, un ring haut de gamme avec sa triple corde rouge et ses poteaux matellassés a été dressé - exprès pour nous ? Un gars a ouvert une sorte de malle en cuir où tout un attirail de boxe y était logé : gants rouge et bleu, protège-dents, casques de protection souples, bouteilles d'eau à pipette et d'autres objets pas très légaux comme des coups de poing américain ou des crans d'arrêts. D'où avaient-ils sorti tous ce matos de pro ?

         D'ailleurs un de ces crans-d'arrêts avait été posé contre ma gorge. Mais, même pas mal, moi, je tendais le cou pour voir le ring.

         - Allons nous amuser ! D'puis l'temps qu'on voulait t'écraser, Ichigo ! a crié Madarame-san.

         - Si vous faites semblant...

         - Quoi ? Ta basse-cour nous cassera l'bec ? Même agonisant, on te bouffera...

         - Non, c'est la poulette qui sera déplumée ! Hahaha !

         - Pourquoi on leur vole pas dans les plumes, d'abord ?

         - Tu m'débecques !

         C'est à ce moment précis que je vomis sur les bottes cirées du chef Gaas-san.

        - Hum... Ah... Euh... Vous auriez pas un mouchoir ?

 

        Les autres se sont emparés de gants de boxe et, malgré le combat pour me protéger, ils étaient excités par les combats à venir entre eux !

        - Mais pourquoi faut-il que ça finisse comme ça à chaque fois, toujours dans c'genre-là ? se plaint Ishida-san, la main sur le front. 

        - Ichigo, bats-toi d'abord avec moi ! exige Madarame-san, en position défensive.

        - Ah ouais ? pourquoi toi d'abord ? proteste Abarai-san, menton en avant.

        - Venez tous les deux, j'vous attends en même temps ! réplique Kurosaki-kun en ajustant son gant.

        - ... Sado-chan ne disait jamais rien ou très peu, il attend son tour en vous fixant direct dans les yeux. Il fait toujours flipper dans ces moments-là.

 

       Et si je vous disais que la scène finale est exactement la même que celle-ci avec comme différence des pansements, bleus et égragnitures en plus sur la figure de ces cinq durs et après avoir fait table rase du gang avant leur propre combat, me croirez-vous ?

        

wikipedia (c)

 

 



16/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres